Pierre-Henri Duboué

(Personne physique)

  • Dr. Pierre-Henri Duboué. Photographie numérique d'un cadre contenant un tirage argentique à l'albumine. Le tirage argentique d'origine n'est pas daté et signé de façon visible (sans le démontage du cadre) mais a très probablement été réalisé par Léon Subercaze, photographe et artiste peintre à Pau entre 1855 et 1900.
    1855 - 1889
    Crédits : Clovis Darrigan
    Licence CC0 1.0. Domaine public.
Nom complet :

Pierre-Henri Duboué

Couverture de date :

July 15 1834 – September 5 1889

Description :

Pierre-Henri Duboué, né à Saint-Castin le 15 juillet 1834 et décédé le 5 septembre 1889 à Saint-Castin, était un médecin et un chercheur français.
Après des études secondaires au lycée de Pau, il entreprend des études de médecine, parrainé par le Professeur Depaul de Morlaàs, professeur à la faculté de médecine de Paris et membre de l'Académie de médecine.
Doctorat en médecine obtenu à Paris en 1859, il était médecin au 4 rue Serviez à Pau et correspondant de l'Académie de médecine.
Il mena plusieurs travaux aux balbutiements de la thérapeutique, dont les plus connus portèrent sur la voie nerveuse de transmission du virus de la rage et furent repris par Louis Pasteur pour concevoir son vaccin contre la rage.
Le Dr. Pierre Grimaldi, membre de la Société médicale de Pau et du Béarn, écrit dans une biographie consacrée au Dr. Duboué :

Comme l'ont confirmé plusieurs médecins membres de l'Académie de médecine, le professeur Depaul, le professeur Peters et quelques autres, Louis Pasteur a volé à Pierre-Henri Duboué ses découvertes sur le processus pathologique de la rage, la transmission du virus par voie nerveuse avec localisation au niveau du bulbe rachidien.
Amer, déçu de la lâcheté de la majorité de ses collègues de l'Académie de médecine qui, sachant la vérité, n'ont pas osé s'opposer au personnage officiel et médiatique qu'était alors Louis Pasteur. Pierre-Henri Duboué meurt d'un cancer de l'estomac le 5 septembre 1889 et repose dans le petit cimetière de Saint-Castin.
Il fut un authentique génie de la médecine, méconnu par l'histoire, brisé par son désir de rester dans son Béarn et son refus d'accepter la voie royale de l'université parisienne.
En son honneur, son nom a été attribué à un bâtiment de l'UFR Sciences et Techniques du campus de Pau. Une rue du centre ville de Pau porte aussi son nom, de même pour la place principale du village de Saint-Castin.

Source :


Lieu en relation :
Bâtiment Duboué (est en lien avec)
Commentaires (0) Participez à la documentation de cette page ! Si vous connaissez des informations historiques concernant cette Personne physique, n'hésitez pas à nous envoyer un commentaire.